DSpace
 

Dépôt Institutionnel de l'Université Ferhat ABBAS - Sétif 1 >
Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie >
Département de Biochimie >
Thèses de doctorat >

Veuillez utiliser cette adresse pour citer ce document : http://dspace.univ-setif.dz:8888/jspui/handle/123456789/1338

Titre: COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES ANTIOXYDANTES, ANTIFONGIQUES ET ANTIAFLATOXINOGENES D’EXTRAITS DE Origanum glandulosum Desf. et Marrubium vulgare L. (famille des Lamiaceae)
Auteur(s): Belhattab, Rachid
Date de publication: 22-avr-2018
Résumé: Les constituants chimiques d’ Origanum glandulosum Desf. et de Marrubium vulgare L., appartenant aux Lamiaceae, sont analysés et leurs pouvoirs antioxydants, antifongiques et antiaflatoxinogènes sont déterminés. Les huiles essentielles sont obtenues par hydrodistillation et distillation-extraction et analysées par CPG et CPG/SM. En effet, l’analyse de celle d’O. glandulosum (rendement 2,7% v/m) a révélé la présence à des taux respectivement élevés de carvacrol, de γ- terpinène, p- cymène et de thymol (45- 13- 11 et 6,6%). L’analyse de la fraction désodorisée est obtenue par hydrolyse enzymatique à la β- galactosidase. Parmi les composés volatiles glycosidés détectés, la thymoquinone est prépondérante, elle est suivie par le carvacrol et le thymol (15,8- 5,9- et 2,7%). L’huile de M. vulgare isolée des parties aériennes pendant la floraison (≤0,05%) contient une forte proportion d’eugénol (50%) et β- bisabolène (11%). Celle isolée de la phase végétative, par contre est dominée par le β- bisabolène (29%) et l’eugénol (16%). La CCM d’extraits a révélé la présence de phénols, de flavonoides, d’acides phénols et de diterpènes labdanes furaniques. L’extrait acétonique d’O. glandulosum par 1H-RMN a révélé la présence de flavonols et flavones tels que la quercétine et de l’apigénine et/ou la lutéoline. La teneur en polyphénols totaux exprimée en mg d’acide caféique équivalent/100ml des extraits d’O.glandulosum est plus élevée que celle de M. vulgare, elle est de 100,6 et 14 mg pour les extraits acétoniques et 326,3 et 76,5 pour les extraits aqueux. La teneur en flavonoides totaux, exprimée en mg de rutine équivalent/100ml des mêmes extraits a montré des résultats respectifs de 132,9 et 121,3 pour les premiers et 621,4 et 116,8 pour les seconds. La mise en évidence du pouvoir antioxydant est effectué grâce au test de blanchiment du β-carotène, celle de son évaluation par le test au 2,2-diphényle-1-picrylhydrazyne (DPPH) et le test de peroxydation de l’acide linoléique. En admettant un taux de décoloration du DPPH de 100%, exprimé par l’acide caféique pur, les taux des extraits acétoniques et aqueux d’O. glandulosum ont atteint 88, 71% et ceux de M. vulgare étaient identiques (22,3%). Les concentrations, des extraits respectifs de ces deux plantes permettant la décoloration du DPPH à 50% (CI50) exprimées en µg de matériel végétal/ml de milieu réactionnel, étaient de 926,31 et 5053 et de 84,4 et indéterminée. La CI50 des huiles essentielles diluées (10 et 5%) d’O. glandulosum étaient de 19777,51 et de 24914,28 et celle de la quercétine pure (0,05%) de 4,87. La CI50 des extraits acétonique et aqueux d’O.glandulosum, permettant l’inhibition de la transformation du benzoyle leucomethylene blue en bleu de méthylène est de 794,33 et de 376,8 µg de matériel végétal/ml de milieu réactionnel. Comme les concentrations des extraits de M.vulgare et des huiles essentielles d’O.glandulosum testées n’étaient pas suffisantes pour obtenir des CI50, des CI25 sont alors déterminées. L’extrait aqueux de M. vulgare s’est avéré le plus efficace avec une CI25 de 4,08µg/ml. La CI25 du Trolox 2mM est de 0,86µg/ml. L’effet antifongique des extraits polaires et apolaires de ces deux plantes et ceux des antifongiques purs, clotrimazol, amphothericine B et nystatine est conduit sur les souches de Aspergillus flavus, A. niger, A. fumigatus, Penicillium expansum, Fusarium solani, Ulocladium sp., Candida albicans, Pityrosporum orbicular, Trichophyton rubrum et Microsporum canis. Le clotrimazol est le plus efficace sur l’ensemble des espèces suivi des extraits d’O. glandulosum et M. vulgare. Testées sur une souche d’A. flavus aflatoxinogène, les CMI de croissance et d’aflatoxinogénèse du carvacrol étaient les plus faibles, 177 et 50 ppm, suivies de celles des huiles essentielles d’O. glandulosum, 400 et 200 ppm et enfin de celles des extraits acétoniques et aqueux d’O. glandulosum 1600 et 1300 ppm et de M. vulgare, 1300 et 1000 ppm.
URI/URL: http://dspace.univ-setif.dz:8888/jspui/handle/123456789/1338
Collection(s) :Thèses de doctorat

Fichier(s) constituant ce document :

Fichier Description TailleFormat
BELHATTAB Rachid.rar8,43 MBWinrarVoir/Ouvrir
View Statistics

Tous les documents dans DSpace sont protégés par copyright, avec tous droits réservés.

 

Valid XHTML 1.0! Ce site utilise l'application DSpace, Version 1.4.1 - Commentaires