DSpace
 

Dépôt Institutionnel de l'Université Ferhat ABBAS - Sétif 1 >
Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie >
Département de Biologie et Ecologie Végétale >
Thèses de doctorat >

Veuillez utiliser cette adresse pour citer ce document : http://dspace.univ-setif.dz:8888/jspui/handle/123456789/1172

Titre: Les incendies de forêts en Algérie
Auteur(s): Madoui, Amar
Mots-clés: Régénération
Dynamique forestière
Reboisement
Feu de forêt
Date de publication: 9-avr-2018
Résumé: Les feux de forêts sont des perturbations naturelles auxquelles les écosystèmes forestiers sont bien adaptés. Ces feux ne sont pas nouveaux, mais ils font partie intégrante du fonctionnement des systèmes écologiques. S’ils provoquent immédiatement la perte du matériel sur pied et amoindrissement de la production à court et moyen terme, ils n’affectent en rien la permanence des boisements. Certaines espèces nécessitent ou sont favorisées par le passage du feu pour se renouveler et se reproduire, et le pin d’Alep en est un bon exemple. Les études réalisées sur la cicatrisation post-incendie ont été conduites sur la rive nord de la méditerranée sur des peuplements naturels; alors que peu de travaux ont été consacré au sujet en Algérie. D’une part, notre étude vient combler ce manque de connaissance et d’autre part vérifier si les reboisements de Pin d’Alep peuplements artificiels) sont aussi résilients aux feux comme les peuplements naturels, et si la reconstitution des pinèdes dans le climat semi aride (Bou-Taleb) s’opère de la même façon que ceux dans le subhumide (PNEK). La méthode synchronique à été suivie pour l’évolution floristique dans le Bou-Taleb, alors que le suivie de la régénération du pin d’Alep a été suivi de façon diachronique dans le cas de Zenadia et du PNEK. Nos résultats montrent qu’après le feu, les peuplements naturels de pin d’Alep se reconstituent rapidement et retrouvent leur composition floristique depuis les premières années suivant le feu. Cette reconstitution est plus rapide en climat subhumide (Parc national d’el Kala) qu’en climat semi aride (Forêt de Bou-Taleb). Toute fois, dans le cas du reboisement de Zenadia, la reconstitution floristique et structurelle semble défaillante après le feu. Il n’y a pas de retour parfait à l’état pré incendie, et à trois années après feu, la dynamique forestière des reboisements ne suit pas le modèle général constaté dans les peuplements naturels. Ce qui est à trait à l’évolution des plantules de pin d’Alep après le feu, bien que la densité de semis régénérés soit variable spatialement, elle est par contre temporellement similaire et suit le même modèle quelque soit le type de peuplement. Elle est importante les premières années, puis diminue avec les années à cause de la mortalité et de la compétition. Toute fois, la hauteur des semis continue à augmenter en suivant une courbe linéaire. Elle est liée aux conditions climatiques locales et est plus importante au PNEK qu’à Sétif. En fin, nos résultats suggèrent la protection des reboisements incendiés en cours de succession, contre toute forme de dégradation, surtout que la régénération naturelle du pin d’Alep réussie par endroit est importante dans ce type de forêts compte tenu des coûts associés au reboisement des sites perturbés et à leurs entretiens.
URI/URL: http://dspace.univ-setif.dz:8888/jspui/handle/123456789/1172
Collection(s) :Thèses de doctorat

Fichier(s) constituant ce document :

Fichier Description TailleFormat
_These_Madoui_09mai12_version_corrigée_13sep13(1).pdf1,62 MBAdobe PDFVoir/Ouvrir
View Statistics

Tous les documents dans DSpace sont protégés par copyright, avec tous droits réservés.

 

Valid XHTML 1.0! Ce site utilise l'application DSpace, Version 1.4.1 - Commentaires